28 février 2017

Logan tire sa révérence

Il y a quelques jours, j’ai pu assister à l’avant-première de Logan, le dernier film (dans tous les sens du terme) consacré à l’histoire de Wolverine. Après deux films en demi-teinte, je me demandais vraiment ce que ça allait donner. J’y suis allée sans attentes, seulement parce que le personnage est mon mutant préféré et je me suis pris une véritable claque.

cwj8ygewgaat519

 

One last time

Cela fait près de 17 ans que la saga des X-Men a commencé sur grand écran. J’étais petite quand j’ai découvert les mutants de Charles Xavier, et Wolverine m’avait déjà grandement marqué. Puis, à la même époque, au détour d’une aire d’autoroute et grâce aux cousins, j’avais trouvé les comics sur ses origines, et j’en suis tombée littéralement amoureuse. Tant de l’histoire que du personnage. C’est probablement la raison pour laquelle, les précédents films dédiés à Wolverine étaient tant pénibles à voir. Malgré un Hugh Jackman campant merveilleusement bien le rôle.

Avec Logan, le réalisateur James Mangold semble avoir voulu rectifié le tir. S’inspirant librement du comics Old Man Logan, où Wolverine apparait vieillissant, le film nous présente un futur peu glorieux où les mutants se font plus que rare. Aigri, alcoolique et aux pouvoirs en déclin, Logan ne se montre plus sous son plus beau jour, et ça nous rappelle que le temps passe pour tout le monde. Mais dans ce dernier cri de douleur, notre anti-héros aux griffes d’adamantium nous livre une prestation époustouflante.

242685.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Gouttes de sang, larmes de douleur

Pour une fois, le film ne s’éparpille pas, et ne cherche pas à nous présenter mille personnages sans substance. Au contraire, il va à l’essentiel en se concentrant sur Wolverine, Charles-Xavier et la taciturne Laura. Plus intimiste, on sent que les personnages ont vécu et que le poids du passé pèse sur leurs épaules. Et si ce road-movie permet de se recentrer sur certains sentiments profonds, il met aussi en lueur les changements importants que chacun subit. On sent et on voit que Wolverine n’est plus que l’ombre de lui-même. Cependant, même si chaque coup de poing est plus dur à donner, ceux-ci ne perdent en rien leur impact. Si bien que la violence semble décuplée au centuple dans ce film. C’est sanglant et cru, d’autant plus quand les scènes mettent en avant la fillette. Mention spéciale aussi à Dafne Keen qui malgré son jeune âge incarne un personnage puissant et très intéressant. Le contraste est fort et il ne faut pas avoir froid aux yeux. D’ailleurs, le film est interdit aux moins de 17 ans non-accompagné. Vous voila prévenus.

En tout cas, pour moi, il s’agit là du meilleur film sur Wolverine que j’ai pu voir, si ce n’est le meilleur X-Men déjà paru. Même ceux de la nouvelle génération. Tout était parfait. De la photographie à l’ambiance. Du jeu d’acteur aux musiques. Donc, à voir absolument, déjà rien que pour rendre un dernier hommage à ce fantastique personnage qu’incarne Hugh Jackman, Wolverine.

maxresdefault

Laisser un commentaire