28 novembre 2015

Choisis ton combat, avec Plarium

Plarium, la recette parfaite pour les jeux en ligne

Qu’est-ce qui fait un bon jeu ? Est-ce la conception graphique, est-ce la narration ; le récit qui est présenté aux joueurs au fil de son évolution ? Ou alors est-ce l’accessibilité ? La facilité avec laquelle l’on parvient à s’y adonner, et les moyens à mettre en œuvre pour le maîtriser. Ce qui est certain, c’est que les différents concepteurs de jeux optent tous pour des approches différentes. Mais, pour l’instant, Plarium semble être le seul à avoir trouvé à la recette pour tous ses jeux. Ce qu’il faut savoir d’emblée, lorsqu’on parle de jeux en ligne, c’est que tous les jeux qui s’en réclament ne sont pas vraiment dignes de l’appellation. Fort heureusement, certains jeux font honneur au genre, en parvenant à satisfaire même les plus sévères des critiques. Prenons le cas du jeu Sparta: War of Empires qui promet de transporter les joueurs dans les contrées de la Grèce antique, à l’heure de l’invasion de Xerxès.

 

Tous égaux face à leurs navigateurs

L’un des problèmes majeurs des jeux en ligne est l’adoption précoce. Il suffit qu’un lot de joueur compte parmi les premiers à découvrir le jeu, et il devient systématiquement impossible pour les joueurs arrivés plus tard, de rattraper leur évolution et de leur faire face sur un même pied d’égalité. La plupart des jeux en ligne encouragent ce genre de systèmes, en mettant en place des courbes évolutives presque exponentielles. Ils espèrent, en ce faisant que les joueurs arrivés plus tard, seront plus tentés d’investir de l’argent dans le jeu, ou simplement de se soumettre à des solutions alternatives par désespoir. Dans le cas de Sparta: War of Empires, ce n’est pas du tout le cas. Certes, les joueurs arrivés les premiers auront toujours un certain avantage, mais cet avantage n’est pas aussi prononcé que sur d’autres jeux. Mieux, il est tout à fait possible pour les premiers joueurs de se faire larguer par les nouveau-venus, simplement parce que le jeu récompense le sens stratégique et l’intelligence des joueurs.

Un autre aspect dans lequel les joueurs sont placés sur le même pied d’égalité est le mode de connexion. Certains jeux – dont certains très populaires – font usage de clients très lourds à installer sur les ordinateurs. Dès lors, les joueurs ne peuvent se consacrer à leur passion que sur leur poste personnel. Et il devient impossible de jouer en transit, pendant les pauses au travail ou pendant la récréation. Pire, la bande passante des joueurs est assaillie par les mises à jour presque continuelles et les requêtes de connexion des clients de jeu. Heureusement, Sparta: War of Empires est jouable à partir d’un navigateur. Comme quoi, il suffit de peu. De très peu même, étant donné que le jeu ne demande pas plus de ressources qu’on en emploierait pour streamer des vidéos.

1436222588__08-sparta-war-of-empires-wallpaper

 

Il faut de tout pour faire un jeu

Mais, la question est de savoir ce qui fait un bon jeu reste posée. Si l’on se sert des jeux de Plarium comme modèles, on réalise vite qu’il y a certaines normes à respecter :

– Une plateforme accessible et simple d’utilisation  (c’est déjà le cas avec le lancement des jeux à partir de navigateurs)

– Des graphismes sublimes, qui n’alourdissent pas pour autant les performances du jeu. Une règle à laquelle Plarium n’a dérogé pour aucun de ses jeux, qu’il s’agisse de StormFall, de Nords, de Pirates : Tides of Fortune ou du très bon Total Domination.

– Une communauté active. Ici, les jeux tels que Sparte se démarquent des jeux moins intéressants. Les communautés de joueurs ayant adopté les jeux Plarium ont une réelle influence sur ces jeux. Les décisions qu’ils prennent affectent réellement la trame narrative de l’univers dans lequel le jeu prend place. Une dimension nouvelle que l’on ne trouve encore que rarement chez d’autres développeurs de jeux.

– Une courbe d’apprentissage très courte. Encore une fois, Sparta: War of Empires a coché toutes les bonnes cases, en permettant aux joueurs de profiter de tutoriels écrits, interactifs et audio selon leurs préférences.

02-sparta-war-of-empires-wallpaper

Mine de rien, Sparte et les autres jeux de Plarium drainent un monde considérable avec une fréquentation avoisinant les 200 millions de joueurs actifs. Des chiffres qui viennent renforcer les nombreuses récompenses que ces jeux ont reçues. Disons simplement que Plarium marque sans doute une nouvelle ère des jeux en ligne, en apportant enfin une disruption aux schémas classiques des jeux en ligne massivement multi-joueurs.

Retrouvez et jouez au jeu ici !

Laisser un commentaire