13 novembre 2019

Concrete Genie efface les ténèbres

Dans les radars du studio Pixelopus pendant pas mal de temps, Concrete Genie est sorti finalement début octobre 2019, et j’ai pu le découvrir (et le platiner) à temps avant de partir en vacances, même si je vous en parle que maintenant.

 

Le pinceau magique de Ash

L’univers de Concrete Genie est vraiment ravissant. a peine lancé, on sent qu’on va être embarqué dans une aventure peu commune, mêlant fantaisie et réflexion sur la vie. L’histoire débute dans la ville corrompue de Denska. Faites de ténèbres et de pollution, il n’y fait pas bon vivre. D’ailleurs les adultes semblent avoir déserté ce lieu et une bande de gamins y fait sa loi.

Au milieu de tout ça, il y a Ash, notre héros. Pour fuir ce quotidien de noirceur et de tristesse, il se réfugie dans l’art. A travers son carnet de croquis, il dessine des créatures magiques qui l’aident à survivre dans ce chaos. Un jour, il trouve un pinceau aux pouvoirs magiques et ce dernier va lui permettre de donner vie à ses créations. C’est la que commence notre quête pour rendre son éclat d’avant à la ville de Denska.

Evidemment, ce ne sera pas de tout repos car les petites frappes du quartier n’hésiteront pas à vous harceler et vous mettre dans bâtons dans les roues.

Donner vie à la peinture

Sans être révolutionnaire, Concrete Genie reste un très joli jeu. Entre aventure, plate-forme, puzzle et dessin à mais libre, le jeu offre de nombreuses manières de s’amuser à travers une histoire touchante bien que simple. D’ailleurs, Concrete Genie se veut plutôt facile. Il est à la porté de tous et il y a peu de risques que vous vous retrouviez bloqués dans une situation. De toute manière, le challenge n’est pas le but. Ici, il est avant tout question de savourer une histoire aux échos magiques, faites de ténèbres et de couleurs, et d’une grande dose de douceur.

Au cours de l’histoire, il faudra donner vie à la peinture, afin de réactiver les lumières de la ville et de lui donner un nouveau souffle de vie. Pour ce faire, les génies créés par les coups de pinceau de Ash, nous seront d’une grande aide. Sans compter qu’ils sont over cute. Durant l’aventure, on collectera de nombreuses pages de carnet qui nous permettront de les décorer, de les habiller et de les rendre encore plus attachants.

Une belle bande de génies

Le jeu en lui-même est assez rapide, je dirai entre 5 et 8 heures en fonction de vos talents de collectionneurs de pages de croquis. Mais ce n’est pas dérangeant. Concrete Genie nous emmène facilement là où il veut, et nous laisse un beau souvenir coloré de ses niveaux. Je me suis amusée sans trouver le temps long ou l’aventure redondante, donc pour moi c’est une jolie réussite.

Je n’ai pas eu l’occasion d’essayer le jeu en mode PSVR. Apparemment, il s’agit plutôt d’un autre mode de jeu où il faut répondre aux attentes d’un petit génie du nom de Splotch, ou alors une sorte de monde ouvert où laisser libre cours à son pinceau et à son imagination.

Dans un soucis de « collection », je pense que j’essaierai, juste pour récupérer les quelques trophées supplémentaires (mais non nécessaires pour le trophée Platine). Mais sinon, ça reste assez négligeable.

Concrete Genie est disponible sur PS4 à partir de 29,99€.

Laisser un commentaire