20 février 2017

Fire Emblem Heroes, le jeu qui s’essouffle vite

Début février, Nintendo a sorti un nouveau free to play sur mobile, à l’honneur de sa célèbre saga RPG, Fire Emblem Heroes. Comme je voyais fleurir les demandes d’ajout d’ami et les captures d’écran, je me suis dit qu’il fallait que j’essaie. C’était chouette, ça m’a captivé un temps… puis je me suis lassée. Voici donc mes retours d’expérience sur ce jeu mobile aux grandes prétentions.

 

Une longue et vieille saga…

Je ne suis pas une adepte de Fire Emblem, et j’avoue tristement n’y avoir jamais joué. Pourtant, c’est une saga vidéoludique qui existe depuis plus de 25 ans. Ainsi, je pense que l’annonce d’un jeu mobile sur l’univers de la licence a certainement dû ravir de nombreux fans.

Le jeu, disponible sur iOS et Android, s’ouvre sur une magnifique animation qui vous transporte dans l’univers de Fire Emblem. Là, deux nations se livrent une guerre sans pitié : l’Empire d’Embla et le Royaume d’Askr auquel vous appartenez. Vous apprenez alors que votre aide est requis pour sauver la nation. En effet, vous êtes l’un des seuls capable d’invoquer des héros légendaires, et ce pouvoir va se révéler être essentiel pour votre mission. C’est-à-dire, rejoindre les troupes d’Askr et les mener à la victoire contre Embla.

Screenshot_2017-02-20-17-09-02

 

…trop complexe à retranscrire

Je m’avance peut-être en disant cela, mais toute l’intrigue tient dans cette introduction que je vous ai faite. Le reste du jeu n’étant rien d’autre qu’une succession d’invocations et de combats, où les principaux acteurs sont très sommaires. Que ce soit dans leur personnalité ou dans leurs gestes. Après, je dois dire que ça ne m’a pas particulièrement choqué. En réalité, j’ai commencé le jeu pour son style, non pas pour son historique. Cependant, je peux comprendre la déception de certains, surtout avec un univers aussi étendu que l’histoire et les personnages de Fire Emblem.

 

Cartes et invocations

Ainsi, comme je le disais, le jeu se résume à invoquer des héros qui se battront à nos côtés grâce à des orbes obtenues au fil de nos combats. De nombreux personnages sont disponibles, et ceux-ci sont tous issus des différents jeux FE. Chacun a ses spécialités et sont triés par couleur de classe. On retrouve donc des archers, des épéistes, des créatures, des healers ou encore des mages. Grâce à cette distinction chromatique, certaines classes seront plus efficaces contre d’autres. Il faudra donc bien penser à la composition de son équipe qui livrera des combats 4vs4.

On enchaine ensuite les chapitres et les donjons, en collectant XP et cristaux, pour améliorer les héros de notre équipe. Il y a donc bien un mode Histoire, classique, où l’on enchaine les chapitres avec un mini boss final. Puis, on a d’autres modes comme l’Arène ou les événements spéciaux, qui permettent d’obtenir des items spéciaux ou des cartes personnages.

Screenshot_2017-02-20-17-11-56

 

Durée d’intérêt trop court

Pendant plus d’une semaine, j’ai carburé à Fire Emblem Heroes. J’étais vraiment curieuse par rapport aux invocations, puis la direction artistique et le chara design étant vraiment très cool, j’ai rapidement accroché au jeu. Seulement, la progression est assez lente, que ce soit dans l’obtention des orbes que dans le gain d’expérience. Si les six premiers chapitres de l’histoire se font rapidement et sans trop d’encombres, la suite se corse fortement. Si bien qu’il devient presque nécessaire d’investir dans des orbes supplémentaires. Comme dans tout Free to play, ça ne se fait pas gratuitement, et il faut donc compter un peu moins de 6€ (c’est cher !!), pour invoquer DEUX héros. Autant vous le dire, je ne mets déjà généralement pas d’argent dans ce genre de jeu…mais alors une moyenne de 3€ l’invocation, c’est vraiment trop cher.

Screenshot_2017-02-20-17-09-45 Screenshot_2017-02-20-17-09-16

Surtout que l’intérêt pour le jeu s’essouffle vite, et ne challenge pas à investir. Si au début, l’arène où se déroule les combats avec d’autres joueurs en ligne s’annonce un peu plus captivante que l’histoire, on ne s’y attarde que peu de temps, puisqu’on a droit qu’à trois combats en arène par jour. Si on y ajoute le fait qu’une connexion soit nécessaire pour jouer et que la jauge de 50 points (renouvelables temporellement) descend beaucoup trop vite en montant dans les niveaux, on se retrouve avec un jeu à la durée de vie limitée et où il y a peu d’intérêt à poursuivre la trame.

Limite, si vous avez l’âme d’un collectionneur de cartes personnages, mais bon, ce n’est pas mon cas. J’ai désinstallé le jeu.

Commentaires sur Fire Emblem Heroes, le jeu qui s’essouffle vite

  1. Lol la dernière phrase que résume tout l’article :  » J’ai désinstallé le jeu. » Perso je l’ai lancé 2, 3 fois puis j’ai arrêté.

Laisser un commentaire