slider-fragment-of-him

10 novembre 2017

Fragments of Him, de la narration à l’émotion

Le titre de ce jeu sur PS4 ne vous dit peut-être rien, et pour cause, Fragments of Him est la production d’un studio indépendant néerlandais, Sassybot. Il est sorti sur console au mois de mai, à 9,99€. Il s’agit d’un jeu narratif qui vous embarquera dans la vie d’un jeune homme, Will, et de ses derniers instants. A travers les bribes de souvenirs des personnes qui lui ont été proche, on plonge dans une histoire très intime et touchante.

 

La narration avant tout

J’aime beaucoup les jeux indépendants, ils permettent souvent d’explorer des sujets que personne d’autre n’aborde. C’est le cas pour Fragment of Him. Sans être particulièrement beau visuellement, le jeu mise tout sur son histoire et les émotions qu’elle véhicule. La preuve en image, on a presque l’impression d’être confronté à un jeu en développement, sans textures, sans couleurs. Mais soyez sans craintes, il est plus abouti qu’il n’y parait.

D’emblée, le jeu annonce le ton, notre protagoniste meurt de façon brutale et nous sommes spectateurs du tableau qui va désormais se jouer sans lui dans le quotidien de ses proches. A base de souvenirs et de tranches de vie, sa grand-mère, son ex et son compagnon nous font découvrir avec émotion la personne qu’était Will.

L’histoire est très bien pesée et pensée, et c’est probablement le point fort de ce jeu atypique.

Fragments_of_Him-06

 

Toutefois, si l’expérience narrative est réussie, il faut dire que le gameplay n’a rien de bien particulier. Peut-être est-ce du au fait que notre but est de rester simple spectateur de ce drame, il n’en reste pas moins que le tout est très linéaire et dirigiste.

Interactions simples avec les objets qui nous entourent, quelques choix de dialogues scriptés ou d’actions, mais finalement bien peu de latitude. Après, tout dépend de ce qu’on recherche, Fragments of Him est une histoire à suivre, et non pas à vivre, comme on pourrait le croire avec d’autres jeux presque dans le même style. Aussi, oubliez vos références à TellTale ou Quantic Dreams, il ne s’agit pas de ça ici.

Par contre, je peux vous assurer que Fragments of Him frappe en plein coeur, et finalement, c’est tout ce qu’on lui demande.

Laisser un commentaire