8 juin 2019

L’inattendue surprise avec Le Patient, la nouvelle BD de Timothé Le Boucher

Cette année, je ne me suis pas fixée d’objectif de lecture. Je lis donc un peu moins mais je cible mieux ce que je veux lire. Ainsi, j’ai voulu m’attaquer à la nouvelle BD de Timothé Le Boucher, auteur du remarqué « Ces jours qui disparaissent« . Son dernier ouvrage s’appelle Le Patient et s’annonce lui aussi comme un grand succès.

 

En quête de vérité

La police arrête une jeune fille errant dans la rue, couverte de sang, un couteau à la main. En se rendant chez elle, les agents découvrent avec effroi que toute sa famille a été assassinée… 6 ans plus tard, Pierre Grimaud l’unique survivant du « massacre de la rue des Corneilles », se réveille d’un profond coma. Désorienté, encore paralysé et souffrant d’amnésie partielle, il est pris en charge par le docteur Anna Kieffer, psychologue spécialisée sur les questions de criminologie.

Voici le contexte général dans lequel prend racine le récit de la bande dessinée Le Patient. Volontairement, je vais essayer de ne rien vous dire de plus par rapport à son histoire, car ce thriller psychologique mérite amplement d’être découvert au fil des pages. Surprenant, on dévore ses presque 300 pages, sans même sans rendre compte, tellement l’auteur parvient à nous captiver grâce à sa narration tantôt délicate, tantôt assassine.

Le Patient nous transporte dans une chambre d’hôpital où Pierre est la clé de voûte pour résoudre le crime qui pèse sur sa famille. Grâce à sa thérapeute, ils vont tenter de gratter la surface pour découvrir ce qui s’est réellement passé lors de cette funeste nuit, 6 ans auparavant.

 

Du calme à la tempête

Semblable à un film, le découpage de la BD tient en haleine. Au départ, je ne voulais lire que quelques pages. Une heure plus tard, j’étais en train de me retourner le cerveau pour mettre de l’ordre dans ce que je venais de lire, tant ça m’avait secouée.

Actuellement, je n’ai toujours pas la clé du mystère dont j’ai été témoin en tant que lectrice. Le récit se découpe en deux parties majeures. Comme dans une révélation, il y a un avant et un après. Et ces deux parties sont magnifiquement bien représentées par Timothé Le Boucher, qui excelle et qui se délecte de jouer non seulement avec ses personnages, mais aussi avec son lectorat.

Véritable équilibriste, il nous catapulte dans un jeu de manipulation, de mensonges ou de demi-vérités, d’ombres et de lumières. La dualité est peut-être le maitre mot de cet ouvrage, et c’est probablement pour ça qu’il m’est difficile de le percer à jour, en mettant des termes clairs dessus. C’est bouleversant et génial en même temps. J’ai adoré !

La bande dessinée Le Patient est disponible aux Editions Glénat à 25€, et en lecture numérique sur Izneo à 17,99€.

Laisser un commentaire