11 juillet 2018

Passion Japanimation – Devil’s Line

Parmi les nombreux animés que j’ai pu suivre durant ces derniers mois, se trouve aussi Devil’s Line. Disponible sur Anime Digital Network, je me suis vite laissée transporter par cette histoire de vampires dans Tokyo. Si bien que j’ai lu par la même occasion les 10 premiers tomes du manga (écrit par Ryo Hanada) qui sont disponibles sur Izneo. Je ne vous ferai pas un comparatif, parce que globalement les deux supports sont assez fidèles entre eux, si ce n’est au niveau du découpage, mais comme j’ai plutôt bien aimé, j’ai vraiment envie de vous présenter cette série.

maxresdefault

 

Dark side

L’animé se déroule donc de nos jours, à Tokyo. On y suit la jeune étudiante Tsukasa, insouciante et naïve. Mais les choses vont très brutalement changer pour elle, suite à une effroyable découverte. Lors d’une balade nocturne, elle est attaquée par un vampire à la soif de sang débridée. Heureusement, elle se fait sauver de justesse par un certain Yuki Anzai, un membre d’une unité spéciale de la police, en charge de neutraliser les vampires meurtriers.

Elle apprend ainsi à ses dépends l’existence des vampires en ce bas monde. Ces créatures incontrôlables et animées d’une rage folle à la seule vue du sang.Ce qu’elle n’avait pas prévu, par contre, c’est qu’Anzai lui-même, est également un vampire. Ou plutôt un hybride à moitié humain et à moitié vampire. Rapidement, l’alchimie va naitre entre eux pour le plus grand désespoir d’Anzai, qui a bien du mal à se maitriser.

Un-nouveau-trailer-pour-ladaptation-en-anime-de-Devils-Line-5

 

Romance sanglante

Mêlant violence et romance, Devil’s Line ose jouer sur les codes des shojo et des seinen. Et le fait plutôt bien en exprimant la difficulté de la condition vampirique et les dilemmes que ça implique, tout en surfant sur la relation amoureuse entre les deux personnages principaux. Je crois d’ailleurs que c’est cet étrange mélange des genres qui a attiré mon attention.

Certains passages sont assez sombres et torturés, puis sont soudainement tranchés par un vent de mièvreries. Généralement, ça me fait fuir assez loin, mais l’animé et le manga réussissent à surmonter l’aspect fleur bleu de cette romance, en étant un peu plus cru et dans le vif qu’un véritable « shojo ». Ainsi, au-delà du côté « vampire » qui m’a attiré, j’ai surtout apprécié la manière décomplexée de traiter des sujets comme la sexualité, le couple ou la masturbation.

Il y a tout de même certaines situations (et points de vue typiquement japonais) qui m’hérissent le poil, mais dans sa globalité, le tout se laisse regarder/lire très facilement. L’intrigue s’installe rapidement et les personnages secondaires deviennent vite intéressants aussi.

maxresdefault-1

 

Une intrigue policière au coeur de Tokyo

Au centre du récit, il y a donc Anzai et Tsukasa, mais autour d’eux gravite aussi tout un univers fait de créatures plus ou moins violentes avec la société. Société dans laquelle Anzai fait partie prenante des forces de l’ordre. La chasse à l’homme ou plutôt au vampire vient donc se superposer à la romance dont je vous parlais juste avant.

Même si je n’aime pas les situations de « demoiselle en détresse », en jouant sur l’action, Devil’s Line se permet ainsi quelques bonnes scènes et des rebondissements curieux mais accrocheurs.

Côté traits et animation, je dois dire que j’ai une certaine préférence pour le coup de crayon du manga, même si la série se veut plus dynamique. Puis, en mon for intérieur, l’adolescente en moi a complètement craqué pour Anzai, ses tourments et son air ténébreux. Je suis donc très curieuse de voir et lire la suite. A savoir que l’animé est un peu en retard sur les tomes.

devils_line_963599

La saisons 1 (12 épisodes) est en cours de diffusion sur www.animedigitalnetwork.fr

Les 10 premiers tomes sont disponibles sur www.izneo.fr

Laisser un commentaire